Lî fouyau dès purnalîs

 

A Liernu cependant, un agriculteur de la Baive n’abandonna jamais cette coutume qu’il tenait de ses parents et grands-parents.

Son Grand Feu, on l’appelait « lî fouyau dès purnalîs » parce qu’il était allumé à proximité d’une haie de prunelliers sauvages. Il était aidé dans la tâche par ses gamins de fils et neveux qui, petit à petit, ajoutèrent au feu pétards et fusées et, même, accompagnement musical. Un voisin, instituteur retraité, venait quant à lui, effrayer tout ce monde, en dansant déguisé en diable et armé d’une fourche. Mais tout se terminait toujours par la dégustation des crêpes traditionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *