Compte-rendu 2017/9 : samedi 4 et dimanche 5 février 2017

Nous passons courageusement notre journée au bûcher : quatre grosses charrées sont là qui nous attendent.

Nous clouons d’abord 6 perches sur les 6 mâtons, les prolongeant vers le haut,  de façon à ce que, du bûcher, les emplacements des mâtons, donc le périmètre du bûcher, soient repérables.

Puis, en deux équipes, nous attaquons le déchargement. Certaines remorques sont chargées depuis plusieurs semaines et ce n’est pas toujours facile d’en extraire les branchages entremêlés. Et le temps n’est pas très clément : neige puis pluie, pas très chaud, gants imbibés d’eau et de boue ;

Nous rallumons donc notre braséro improvisé (en fait, l’intérieur d’une machine à laver) ; mais avec grande difficulté car tout est gorgé d’eau et il faut bien tout le savoir-faire des chefs patronnés (ou scouts ?) et 2 bidons d’huile de friture pour le faire prendre !

Après plus de fumée que de feu, les gants ne sont toujours pas secs. Et s’il n’y avait pas eu d’autres petits remontants, je ne suis pas sûr que nous aurions repris le travail. Mais nous nous y  remettons et nous y revenons même l’après-midi. Le soir, il ne reste plus qu’une demi-charrée.

A midi et le soir, nous procédons, au chaud, chez Christine, à une séance d’essayage des cagoules et turluttes en prévision de notre participation, le lendemain, au Carnaval du Dragon à Emines.

Le lendemain donc, nous sommes nombreux à prendre la route, avec notre char et le tracteur de Jean-Luc, pour rejoindre là-bas, notre vieux copain Fashoom le Dragon et les valeureux Chevaliers qui l’ont apprivoisé.

Un peu étrange d’ailleurs ce qui s’est passé là-bas il y a très très très longtemps (ou il y a quelques années ?) : un méchant et terrible dragon cracheur de feu qui ruinait le pays et terrifiait les habitants s’est laissé attraper et est devenu très gentil : maintenant, il aide les Chevaliers à mettre le feu à leur bûcher en forme de tour car leurs archers sont trop maladroits pour y parvenir seuls.

Mais cela donne quand même un merveilleux carnaval, un cortège bigarré et tonitruant auquel prennent part plus de la moitié des habitants du village et de nombreux groupes venus de l’extérieur ; des jeux de lumières et de feux avec, en apothéose, un splendide feu d’artifice ; et bien sûr, tout se termine par le Grand Feu embrasé, comme on l’a dit, par les crachements incandescents de ce fabuleux Dragon.

Mais tout cela met-il réellement fin à l’hiver ? Pas sûr ! A mon avis, il faudra attendre pour cela le 4 mars prochain, à 20 heures.

Etaient présents au travail ce samedi 4 (matin et/ou après-midi, par ordre alphabétique) : Antonin, Aurélien, Camille, Cécile, Bruno, Christine, Jean-Benoît, Jonas, Louis, Mathieu, Richard, Rudy.

Photos : Christine, Jean-Luc.

Le dimanche 5, à Emines : en moins : Cécile, Jonas ; en plus : Marc D., Mathias.

Photos : Christine, Jean-Luc.

Compte-rendu 2017/9

Rappel : Grand Feu 2017 le 4 mars.

Compte rendu 2015/9 : Vendredi 13, samedi 14 février 2015

Vendredi 13 février 2015.

Timothée, Louis, Richard, Camille, Marc, Stéphan, Marc (son fils), Jean-Luc, Jonas, Dominique.

La remorque chargée samedi passé chez Thibaud a été amenée au bûcher à la faveur du gel (ouf !). Ce sera la dernière charrée pour cette année.

On entreprend donc son déchargement. Pour midi, c’est presque terminé. Pour la pause, on a le choix entre une « bière » blanche citronnée et une autre à la cerise ! Pas d’excès !

Pour l’après-midi, on décide de s’occuper de l’échelle. On se donne rendez-vous à la Baive, chez Thibaud et on charge les deux segments de troncs, préparés la semaine précédente, sur une remorque voiture (8 mètres en longueur) ainsi que quelques solides bouts de branches pour les échelons. On ramène tout cela au bûcher et on fabrique l’échelle au sol. Elle est ensuite redressée à l’aide d’une poulie accrochée au mât central, en haut du bûcher. Cette opération lourde et périlleuse termine notre journée de travail. Vin chaud et bière chez Christine.

Samedi 14 février.

Marc, Camille, Richard, Christine, Louis, Colombine, Lory, Maxime, Hélène.

La journée s’annonce mal, avec une petite pluie intempestive et seulement trois âmes au bûcher. Mais tout s’arrange : la pluie cesse et les renforts arrivent. On termine donc le déchargement de la remorque, ce qui termine aussi le bûcher. Il reste encore à hisser au sommet une palette destinée à recevoir le « Blanc » et quelques beaux sapins de Noël pour achever la pointe. Le tout est fixé solidement au mât et à l’échelle. Encore quelques branches de garniture, une pause, quelques photos et les cloches de midi sonnent la fin des travaux. Vin chaud chez Christine.

L’après-midi, changement de décor : Dès 16 heures, nous sommes en tenues, avec notre char, au pied du bûcher d’Aische-en-Refail. Cortège à 17 heures puis restauration. Vers 19h.30, grand feu d’artifice et cortège aux flambeaux vers le bûcher. Mise à feu … mais soudain, on se rend compte qu’il manque la sorcière ! Elle finira la soirée bien au chaud et en musique aux Calbassis !

Compte rendu 2015/8 : Vendredi 06, samedi 07, dimanche 08 février 2015

Vendredi 06 février 2015.

On attaque le déchargement des remorques dont 3 ont été placées en semaine, à la faveur du gel. Pour le soir, tout est fait, il ne reste chargée que la benne qui n’a pas été acheminée au bûcher ; on estime en effet qu’il vaut mieux la décharger étant accrochée au tracteur.

Samedi 07 février.

Acheminement de la benne au bûcher et déchargement, sol gelé. On termine après l’heure normale de la pause de midi car la température augmente et il faut sortir le tracteur et la benne avant que le sol ne dégèle tout à fait. Vers 13 heures, c’est terminé mais on estime que le bûcher n’est vraiment pas encore assez haut.

L’après-midi, on se rend donc chez Thibaud et on abat le dernier sapin encore debout. On en charge les branches sur une remorque ainsi que toutes celles qui traînent encore sur le terrain. On coupe à dix mètres de leurs sommets les deux troncs abattus en semaine et destinés à la fabrication de l’échelle. En fin de journée, on laisse le chargement sur place : on l’acheminera au bûcher lors de la prochaine gelée, en espérant qu’elle vienne dans le courant de la semaine.

Dimanche 08 février.

Carnaval du Dragon à Emines. Comme de coutume, nous nous y rendons avec le char qui effectue ainsi sa première sortie de la saison. Prennent part au cortège : Camille chauffeur tracteur ; en bourreaux : Sophie, Timothée, Richard, Simon, Brandon, Louis ; Christine fait le « Blanc » ; Jean-Luc filme et prend des photos. Cortège et soirée traditionnels, sans problème. Personne ne semble avoir averti la police de la réapparition du « Ku Klux Klan » ! Après le cortège, le char est laissé chez Manu et sera récupéré le lendemain.

La Corpo en Champagne

Dimanche dernier, 6 avril, une délégation (importante puisqu’elle comportait, entre autres, l’Etat-Major au grand complet) de la Corporation du Grand Feu de Liernu se trouvait à Creney près Troyes, en Champagne pour y participer au 30ème Carnaval du C.R.A.C.(Carnaval Recherche Animation Creney).

C’est la cinquième fois en 10 ans qu’elle effectue ce déplacement, à raison d’une année sur deux ; l’autre année, c’est elle qui reçoit à Liernu les valeureux fêtards de Creney.

C’est sous un soleil radieux et une température très clémente pour la saison que c’est mis en branle l’imposant cortège des chars et des fanfares du plus beau carnaval traditionnel de l’Aube, dirigé par la Confrérie du C.R.A.C. et animé de groupements venus du Nord de la France et de Belgique.

Notre Corpo assurait dignement (parfois !) l’escorte de « Fétide Cageot », la victime expiatoire de cette année (il s’agit, paraît-il, de l’anagramme d’un personnage réel, public, peu aimé et qui adore se montrer en public dans des situations parfois scabreuses).

Arrivés au terme du cortège, c’est encore nous (non mais, qu’est-ce qu’ils font quand on n’est pas là ?) qui avons eu l’honneur d’y bouter le feu. Il s’en est allé dans une impressionnante pétarade.

L’année prochaine, c’est Liernu qui recevra les amis du C.R.A C. de Creney près Troyes en Champagne. Ils viendront, à leur tour, avec d’autres, bouter le feu à notre bûcher et notre « Blanc » pour que renaisse le printemps !

Dès à présent, préparons-nous à leur réserver bon accueil !

Compte-rendu 10 : samedi 01 mars 2014

Au matin, au bûcher.
(Christine, Colombine, Camille, Richard, Marc, Simon, Maxime, Louis)

En semaine, l’échelle a été commencée : il reste les ¾ des échelons à fixer. Les remorques vides ont été rapatriées chez leurs propriétaires respectifs. (Simon, Brandon, Louis).

Raymond et Mathieu amènent une charrée de petits fagots.

L’échelle est achevée. A l’aide d’une poulie fixée au mât central, elle est dressée contre le bûcher, les uns poussant, les autres tirant, de l’autre côté du bûcher.

Ensuite, le sommet est aménagé : fixation d’une palette au mât central et à l’échelle, fixation de quelques sapins derrière celle-ci, complétant le « nid » destiné à recevoir le « Blanc ».

Pendant ce temps, le terrain est nettoyé et le bûcher quelque peu « toiletté ».

Il est bien 13h30 quant tout cela est fini. Pause près du brasero.

 

Après-midi, au Grand Feu d’Aische-en-refail.
(Christine, Camille, Louis, Richard, Marc, Maxime, Jean-Luc)

On retrouve nos « cousins » d’Aische et les autres d’Emines, Perwez, Vedrin, Lonzée, …

Cortège dans les rues, puis aux flambeaux, feu d’artifice, mise à feu du bûcher et brûlage de la sorcière. Puis restauration bien arrosée et soirée aux « Calbassîs ».

Pour certain, fin de soirée sur une chaise, dans les bras de Morphée…

Compte-rendu 7 : samedi 08 et dimanche 09 février 2014

Samedi 08

(Christine, Camille, Richard, Arno, Pascal, Simon, Marc, Louis)

On consacre cette journée à l’ancienne propriété de Vinciane, rue Basse-Baive, 37 et 39, où il reste quatre sapins costauds à abattre dont un araucaria (désespoir des singes).

Pascal vient nous prêter main forte avec son expérience et une tronçonneuse plus adaptée, ainsi que Arno. A eux deux, ils mettent au sol les quatre mastodontes,  à nous de les ébrancher et charger sur un plateau emprunté à Laurent G.

Les troncs sont débités, en grande partie par Arno qui viendra achever le travail dimanche matin. Les rondins seront distribués aux amateurs.

Quand le soir tombe, la remorque est chargée à bloc et … va rejoindre les 5 autres charrées qui attendent une meteo plus clémente (plus  de sécheresse ou du gel) pour être conduites au pied du bûcher.

Mais combien de temps faudra-il encore attendre ? Ne faudra-il pas faire fi des conditions atmosphériques et de l’état du terrain et Y ALLER ? C’est à ce prix, cela est de plus en plus évident, que pourra être achevé notre bûcher.

Dimanche 09

(Christine, Sophie L., Sophie G., Camille, Richard, Simon, Brandon, Baptiste, Timothée, Louis).

Emines , Carnaval du Dragon, voir la presse.

On y retrouve nos vieux compagnons, en particulier les Chevaliers d’Emines et nos cousins, les Pierrots d’ Aische-en-Refail. Tient, ils ont recruté un déserteur (?) de Vedrin.

Très beaux cortège, captivant spectacle des Orryflammes, feu d’artifice parfait et, enfin, grands feux (un pour les grands, un pour les petits) très réussis.

Des contacts sont pris en vue de l’animation de nos cortèges et Grand Feu à nous, le samedi 08 mars prochain.

Espérons que, d’ici là, notre bûcher sera terminé !